lolita-stanley-kubrick

Livres : de quoi bien remplir votre valise cet été

Petite sélection littéraire pour survivre en période estivale…
Par Pamela Pianezza
Photo d'ouverture: LOLITA, de Stanley Kubrick

UN CHEF D’ŒUVRE FÉMINISTE EN DEUX TEMPS

 

crepusculecrepuscule_2Dans le premier tome de CRÉPUSCULE DU TOURMENT de Léonora Miano, quatre femmes s’adressent au même homme, Amok, et se dévoilent aussi sublimement que douloureusement.

Dans le second tome, c’est à lui, le fils, l’époux, l’amant, le frère de se livrer, héritier d’une violence machiste séculaire qui semble le poursuivre au delà des mers… Ou l’écriture comme exorcisme, individuel & collectif, signé par l’une des plus grandes voix de la littérature francophone.

(Editions Grasset)

 

 

DES SHOTS DE MURAKAMI*

*En attendant son prochain roman, à paraître en France en 2018.

 

murakami

Répondant à la promesse du titre, DES HOMMES SANS FEMMES, est un recueil de textes courts du grand Haruki Murakami. Des hommes esseulés y pensent et repensent aux femmes qu’ils ont aimé, qui ont croisé leur route, avant de s’éloigner. Alors oui, c’est mélancolique. Mais jamais plombant. Car comme toujours chez le Japonais amateur de jazz, de chats et d’oreilles, si le point de départ est très terre à terre, les récits et les personnages se teintent très vite de petites bizarreries et de mystères qui les rendent étrangement captivants.

(Editions Belfond)

 

UNE SAGA SIDÉRANTE DE L’ESCLAVAGE A NOS JOURS

 

NO_HOME

XVIIIe siècle, en pleine traite des esclaves. Nées de la même mère dans deux villages rivaux du Ghana, Effia et Esi ignorent lexistence l’une de l’autre. Lorsqu’Effi, mariée de force à un Anglais subjugué par sa beauté, emménage au Fort de Cape Coast, elle ignore que sa sœur vit plus bas, dans les cales, avec le reste de ceux qui deviendront, une fois l’océan traversé, des esclaves… Mais le récit ne s’arrête pas là. Effia et Esi survivront, et c’est aussi l’histoire de leur descendance jusqu’au Harlem d’aujourd’hui que raconte Yaa Gyasi dans ce sublime et incroyablement ambitieux NO HOME. Difficile de croire à un premier roman…

(Editions Calmann-Lévy).

 

UN POLAR ADDICTIF & FIÉVREUX

 

la-daronne

Patience Portefeux, veuve et mère de famille fauchée, bilingue français-arabe pour des raisons familiales un peu complexe, est interprète (au noir) pour le ministère de la Justice. On lui confie notamment des enquêtes téléphoniques dans le grand banditisme, mais comme personne ne la supervise, elle peut bien raconter ce qu’elle veut. Alors si, pour changer, elle prenait la main, changeait de camp et devenait… la Daronne…

La daronne, c’est une héroïne imprévisible qui ne ressemble à aucune autre. C’est aussi le titre de ce polar sombre et réaliste, politiquement très incorrect, de l’avocate pénaliste et excellente écrivaine Hannelore Cayre. Un roman qui se dévore plus qu’il ne se lit.

(Editions Métailié)

 

UNE BD URBAINE ET MÉLANCOLIQUE

 

shit-is-real

Plus qu’un coup de cœur, c’est un véritable coup de foudre que nous avons pour le travail de l’Allemande Aisha Franz. Dans SHIT IS REAL, une héroïne déprimée, délaissée par sa meilleure amie trop occupée à vivre une histoire d’amour parfaite, erre dans la ville et se laisse peu à peu sombrer… Jusqu’à ce qu’elle pénètre par hasard chez sa voisine – encore une fille à la vie en apparence idéale – et décide de s’y installer… D’un trait de crayon léger et élégant, Aisha Franz dresse un portrait de femme singulier et envoûtant, entre récit intimiste mélancolique et science fiction utopique.

(Editions l’employé du Moi)

 

DES NOUVELLES D’OUTRE-ATLANTIQUE

 

america

C’est l’une des initiatives les plus passionnantes, les plus brillantes de la presse française: lisez America mag, ne serait-ce que pour « Les Arrangements », une nouvelle inédite de Chimamanda Ngozi Adichie, qui se glisse dans la tête de Melania Trump, pour l’analyse de « The Handmaid’s Tale, ou pour le grand entretien avec le si rare Don DeLillo.

 

Comments are closed.