valerie-donzelli-jonas-kaufmann

Valérie Donzelli s’essaye au film photographique pour l’opéra de Paris

Pour l’Opéra national de Paris, Valérie Donzelli a suivi le très photogénique ténor Jonas Kaufmann, sur le point d’interpréter La damnation de Faust. Le résultat est un court métrage hybride, sincère et charmant et une plongée dans les coulisses de l’Opéra Bastille.
Par Pamela Pianezza

On avait découvert Valérie Donzelli photographe l’an dernier à la Galerie cinéma. La cinéaste nous avait à l’époque confié son envie de continuer, entre deux longs métrages, à travailler léger, avec un appareil photo, un preneur de son, un monteur…  La revoici donc avec un court métrage photographique réalisé pour l’Opéra de Paris, qui confie régulièrement des cartes blanches à des artistes aux horizons de plus en plus variés dans le cadre de son opération « 3e scène » : de la très branchée Alex Prager au très urbain Denis Darzaq, en passant par l’écrivain Eric Reinhardt ou l’acteur Mathieu Amalric.

SUIVEZ DONC LA MESURE est un objet hybride charmant qui ressemble à sa réalisatrice : sincère (le film est aussi un making of), fait de collages (de textures, de sons, d’images fixes et en mouvent), parfois de bricolage (on devine les clics de l’appareil photo) qui sans révéler énormément de la personnalité du sujet, livre un extrait dans la vie du très photogénique ténor Jonas Kaufmann, sur le point d’interpréter La damnation de Faust. Aufinal, on aimerait le suivre encore plus longtemps.

 

 

« Je ne connaissais pas Jonas Kaufmann avant de l’avoir rencontré pour SUIVEZ DONC LA MESURE », explique Valérie Donzelli dans sa note d’intention. « Je trouvais intéressant de faire le portrait d’un des plus grands ténor du monde, sans le connaître. C’est quand j’ai entendu sa voix que j’ai eu envie que le son soit le fil narratif du film et que j’ai décidé de le monter d’abord et l’image ensuite. Jonas Kaufmann est toujours en mouvement, alors je l’ai suivi. De là ce portrait intime d’un homme, de ses trajets, de son travail hors du commun qui fait jaillir la création de la technique ; du métro jusqu’à la scène. »

Dans le cadre de l’exercice si complexe du film de commande, SUIVEZ DONC LA MESURE est à voir comme un très joli objet de cinéma hybride.

 

Comments are closed.